La Laponie et ses paysages d’hiver féeriques…

Voici le récit du quatrième jour de notre voyage en Laponie Finlandaise. Retrouvez les autres jours ici.

Mardi 10 Février 2015 – Jour 4

Hélo

Ce matin on s’est naturellement réveillés tôt : 8h30, mais on a bien pris notre temps. Et comme ce n’est pas tous les jours qu’on peut le faire, on ne s’en prive pas !

Petit déj, douche, écriture du carnet de voyage, observation des oiseaux en plein festin depuis la fenêtre du salon…

Aujourd’hui il fait très doux : -5°C. Et pourtant dehors j’ai l’impression d’avoir plus froid que l’autre jour par -27°C.

Cottage Enontekiö Laponie Finlande

La connexion Internet est très mauvaise et je perds pas mal de temps à essayer d’envoyer des photos à ma famille pour Elina.

En fin de matinée, on se met en route pour une première balade en raquettes, direction la colline de Paljasselkä dont nous allons découvrir les paysages de jour cette fois.

Déjà la route qui y monte est superbe. Sapins enneigés, ciel bleu. La neige est d’un blanc étincelant. Et la route au loin donne de magnifiques perspectives.

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

On se gare presque au sommet (un amas de neige sur la route nous empêche d’aller plus haut), on chausse les raquettes et c’est la claque.

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

On domine les environs à 447 mètres d’altitude, au milieu de la poudreuse et d’arbres recouverts de neige.

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

JB se balade vraiment lui, moi je tournicote, fais du sur place et avance à un rythme d’escargot car je ne cesse de mitrailler chaque coin d’arbre, chaque perspective. Je n’ai quasi même plus besoin de bouger pour profiter de cette vue de fou.

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

A 360° tout est BEAU. Je ne veux plus partir, je veux rester là à profiter de la vue.

Je marche au mauvais endroit et je m’enfonce dans la neige jusqu’aux cuisses haha !

Neige Laponie Finlande

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

On reste près d’une heure et demie là haut puis on rentre au cottage pour reprendre des forces avant de repartir.

Saumon fumé à chaud et salade riz, avocat, poivron. Miam !

C’est reparti ! L’heure tourne, il est 14h30 et on va au « Fell Center », le centre d’information sur la montagne lapone, pour prendre des infos pour monter le Jyppyrä, cette colline sacrée Same.

La personne du guichet d’infos nous indique qu’on a le temps de faire l’aller retour avant la nuit et que si on a des raquettes c’est mieux car sinon aura du mal à atteindre le sommet. Ça tombe bien !

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

On chausse nos raquettes et on s’élance. La marche fait 0,7 kilomètres donc courte, avec 125 mètres de dénivelée.

Raquettes Laponie Finlande

On grimpe dans la forêt avec le soleil couchant. La lumière est juste incroyable.

On passe entre les sapins, c’est beau…

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

Puis ça commence à grimper un peu plus. On est dans une zone magnifique. Les troncs des arbres sont complètement gelés et recouverts de neige, tous blancs.

L’endroit est un peu à l’ombre, ça donne une belle teinte légèrement bleutée à ce paysage de glace… Un régal pour les yeux !

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

On prend de l’altitude et on commence à avoir un beau point de vue sur le lac Ounasjärvi, sur Hetta et sur la colline d’en face dont le nom m’échappe…

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

Un soleil doré perce entre les arbres, branches et troncs enneigés, c’est dingue.

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

Pour l’arrivée au sommet, ça grimpe sec, ça glisse aussi. Sans raquettes ça aurait vraiment été chaud.

On parvient à la kota qui se trouve tout en haut, à 409 mètres. Une kota est une sorte de hutte en forme de tipi où l’on peut s’abriter, se réchauffer autour du feu et chauffer de la nourriture.

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

Le feu est éteint et malheureusement on n’a rien pour le rallumer.

JB signe le registre pour nous deux, d’autres personnes sont déjà passées avant nous aujourd’hui.

Face à la kota, un panorama fabuleux. Le soleil couchant, la lumière rosée/violette, les sapins chargés de neige, la vue est à couper le souffle, on est sciés.

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

Le vrai paysage de carte postale de Laponie. C’est encore mieux que ce qu’on a vu ce matin. Très dur de repartir. Je descends au ralenti. Cette vue est inoubliable.

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

On croise un couple d’âge mûr qui grimpe sans raquettes, sans gants (!!!). Le monsieur s’enfonce dans la poudreuse et tombe (sans bobo, ouf), les mains nues dans la neige, ils sont presque en haut mais on se dit qu’ils vont galérer pour redescendre… Heureusement qu’on avait les raquettes.

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

Jyppyrä Enontekiö Laponie Finlande

On arrive en bas juste avant la fermeture du centre. On cherche de petits souvenirs pour Elina et des cartes postales puis on rentre.

17h, c’est l’heure du sauna ! Rien de tel après les efforts d’aujourd’hui.

On téléphone à Elina puis on se prépare à passer une soirée tranquille. Le ciel est couvert et l’activité solaire est faible. Je monte me coucher super tôt, mes yeux se ferment tous seuls, une fois au lit me voilà complètement réveillée, et le sommeil mettra du temps à arriver, grrr !

Surtout qu’on doit se réveiller « tôt » demain matin : on a rendez-vous à Hetta Huskies pour un safari chiens de traîneaux !

JB

Cette fois-ci on a mis le réveil, pas question de ne pas profiter des rares heures de jour !

Vaines prières, on finit quand même par traîner un peu, il faut dire que j’ai du mal à dé-scotcher de mon bouquin (ce bouquin et malheureusement pas celui-ci que je m’étais promis d’éplucher pendant ce voyage…).

Une fois nos ablutions effectuées, on prépare les raquettes pour une petite ballade.

Direction le sommet de la colline où nous avons vainement tenté d’apercevoir les aurores le premier soir. Il a bien bien venté ou neigé entre temps ? J’ai pas eu trop l’impression.

Toujours est-il que la route est désormais recouverte d’une épaisse couche de neige, et si c’est très joli, on l’aborde quand même au pas.

D’ailleurs avant même d’arriver au portail, une grosse coulée infranchissable nous impose de nous garer prématurément.

On chausse nos engins. C’est plutôt simple à enfiler, et pas compliqué à utiliser. Faut juste penser, lors des phases d’ascension, à débloquer le cran qui permet à la semelle de pivoter. J’expliquerai plus tard, trêve d’explications techniques.

C’est parti pour 1h30 de crapahutage dans un rayon de 300 mètres autour de la caisse. La grande expédition attendra, pour l’heure on prend nos marques.

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

La vue sur Hetta et ses alentours, en contrebas, est magnifique, et un brin surréaliste : une gamme chromatique monochrome, du noir et du blanc, sur laquelle se dessinent les formes étranges que l’amas de neige donne aux arbres et aux poteaux électriques.

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

Paljasselkä Enontekiö Laponie FinlandePaljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

Hélo mitraille, pendant que j’explore, à tâtons, tachant de poser le pied sur une surface solide, ce qui n’est pas évident du tout, savoir repérer la bonne neige est un art, moi un béotien, un pas malheureux et je m’enfonce lamentablement, parfois d’un bon mètre.

De là, comme pour s’extirper de sables mouvant (genre ça m’est déjà arrivé…), je m’allonge de tout mon long, dégage mes pieds et roule sur moi-même jusqu’à un terrain plus ferme.

Il n’empêche qu’à un moment, va savoir comment, je me retrouve coincé : quelque soit ma direction, chaque pas me fait sombrer dans les abîmes poudrées… Et pourtant je ne suis qu’à quelques mètres de la voiture. Un peu pathétique. Je ne suis pas encore prêt pour suivre Mike Horn dans ses pérégrinations.

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

Paljasselkä Enontekiö Laponie Finlande

Après m’être vautré une bonne dizaine de fois, et abandonné tout orgueil, je finis par enlever mes raquettes et me traîner en rampant jusqu’au véhicule. Hélo rigole sous cape (voire sans cape du tout).

On déjeune rapidement, puis prenons la direction de la colline Jyppyrä, pas très loin d’ici, lieu sacré pour le peuple Same et accessoirement petite randonnée sympa, accessible en raquettes.

A son pied, on trouve un centre culturel, faisant office de restaurant et de musée, ce dernier fermant… à 16h00, horaire où la nuit tombe, et où du coup on se ferait bien un petit musée. Va comprendre.

Hetta Enontekiö Laponie Finlande

La voiture garée, nous chaussés, on se lance.

Jyppyrä Laponie Finlande

L’ascension est assez facile, ça monte tout doux mais à l’approche du sommet les arbres se font moins denses, et la côte plus raide. On voit tout l’intérêt des raquettes, la forme ample qui permet une bonne assise, et la petite griffe de métal pivotante sous la semelle pour s’accrocher à la paroi.

Jyppyrä Laponie Finlande

Notre démarche est un peu raide, et le bruit de nos pas mécanique. J’ai l’impression d’être un robot géant dans la série Robotech.

Jyppyrä Laponie Finlande

Jyppyrä Laponie Finlande

Arrivés en haut, une superbe vue à 360° sur les montagnes avoisinantes et le lac gelé nous attend.

Jyppyrä Laponie Finlande

Ainsi qu’une Kota (cabane traditionnelle Same), avec un foyer central et des toilettes sèches.

Jyppyrä Laponie Finlande

On trouve aussi l’arrivée d’une remontée mécanique un peu étrange (pas compris si c’était un tire fesse ou un télésiège, mais ça avait surtout l’air casse gueule), à l’arrêt.

Jyppyrä Laponie Finlande

Seuls à profiter du panorama, sous un soleil radieux, on resterait bien quelques temps dans l’embrasure de la kota, à contempler le jour mourir, réchauffés par le feu.

Encore faudrait-il avoir de quoi allumer le feu en question…

Jyppyrä Laponie Finlande

Jyppyrä Laponie Finlande

Donc nous redescendons, pour cela on doit disposer notre appareillage dans la position adéquate, en bloquant la semelle pivotante.

On croise un couple de seniors, qui font l’ascension sans raquettes, certainement parce que l’expérience dispense de ce genre d’artifice… D’ailleurs le mâle jette sur nous le regard un peu méprisant du vieux briscard aguerri vers le touriste.

Néanmoins il se croûte salement un minute après. C’est moche, mais une voix puérile hurle « bien fait ! » dans ma tête.

Jyppyrä Laponie Finlande

Une fois arrivés en bas, séquence achat de souvenirs, pas de visite du musée pour les raisons évoquées plus haut, puis retour maison et gros sauna des familles.

La météo n’est pas top pour ce soir, du coup on décide de rester posay à la maison, juste un ultime coup de voiture pour quelques courses d’appoint, notamment de la viande de renne (oui je craque) et des meatballs pour ce soir.

Meatballs dont l’odeur me hantera tout la nuit, joie d’une cuisine ouverte. Combinée à la chaleur sèche (celle qui irrite ta peau et te donne horriblement envie de te gratter), et un peu étouffante, de l’intérieur, je passerai une bonne nuit de merde.

Jour précédent : A la recherche des aurores boréales

Jour suivant : Chiens de traîneaux en Laponie et balade à Kautokeino, la capitale Same

[mappress mapid= »21″]

3 Comments

on “La Laponie et ses paysages d’hiver féeriques…
3 Comments on “La Laponie et ses paysages d’hiver féeriques…
  1. Salut,

    Vous avez là quelques belles photos!
    La rando en raquettes reste pour moi un des moyens les plus sympas et écologique pour découvrir et ressentir la Laponie. Je les utilise beaucoup pour me déplacer en forêt ou aller à la pêche sous glace. C’est fun et ça entretient le physique!

    La remontée mécanique en question est un tire-fesse pour 2 personnes, un de chaque côté du « crochet ». C’est pas plus compliqué qu’un tire-fesse normal. 😀

    Pour info Ounasjärvi, c’est un lac, pas une rivière! Järvi en Finnois ça veut dire lac. 🙂

  2. Salut Bruce ! Merci pour ton gentil commentaire et les infos sur le double tire-fesse, et surtout pour le lac, tu as raison ! En plus quand on en parle ailleurs, on dit bien le lac 🙂 On en perd notre finnois !

  3. Pingback: La Laponie et ses paysages d’hiver féeriques… – Travel-Trip.fr

Laisser un commentaire