Jour blanc et dernières aurores boréales en Laponie

Voici le récit du sixième jour de notre voyage en Laponie Finlandaise. Retrouvez les autres jours ici.

Jeudi 12 Février 2015 – Jour 6

Hélo

Ce matin on chausse de nouveau les raquettes et on part sur le lac gelé. Il fait -15°C.

Je suis moyennement rassurée, Alpo nous a dit de nous méfier hors pistes de motoneige/ski de fond par rapport à la glace. Ça a quand même l’air sacrément épais. On reste dans les traces de motoneige quoi qu’il en soit.

Lac gelé Enontekiö Finlande

Lac gelé Enontekiö Finlande

On traverse le lac jusqu’au bout puis on revient.

Au retour je m’étends dans la poudreuse et agite les bras pour faire un snow angel. Je suis hyper bien, c’est confortable la neige, je suis vraiment bien calée. Et avec mon manteau et mon pantalon de ski je n’ai même pas froid. Je pourrais m’endormir sur place.

Enontekiö Laponie Finlande

Quelques photos et on rentre au cottage pour déjeuner.Ça se lève un tout petit peu, mais ça ne durera pas.

Enontekiö Laponie Finlande

Enontekiö Laponie Finlande

Dire qu’on part déjà demain…

J’ai du mal à quitter la fenêtre de la salle à manger qui nous offre une si jolie vue. Ce genre de vue dont on ne se lasse pas, avec des lumières qui changent tout le temps, les petits oiseaux qui viennent manger… C’est super serein comme atmosphère…

On s’accorde une petite sieste avant de sortir au crépuscule faire un petit tour dans Hetta. On va voir l’église d’un peu plus près mais elle est fermée.

Enontekiö Laponie Finlande

Enontekiö Laponie Finlande

On passe au supermarché pour acheter de la nourriture à ramener en France mais ils n’ont plus grand chose en stock, on verra à Levi demain.

Supermarché Enontekiö Laponie Finlande

Au Alko on prend par contre un pack de Lonkero. Cette boisson a un petit goût de Finlande pour moi 🙂 Ça permettra de patienter avant un prochaine voyage quand la Finlande me manquera trop.

Retour à la maison. Je mets de le sauna en route pendant que JB part en kicksled mettre les canettes vides à la consigne. Il revient pile au bon moment pour le sauna, qui tombe à pic car il a bien galéré, ça ne glissait pas très bien.

Kicksled Laponie Finlande

Dernier sauna du séjour, j’essaie d’en profiter un maximum mais j’ai plus de mal à supporter la chaleur ce soir.

Sauna Laponie Finlande

On dîne tout en surveillant l’activité solaire. C’est bien dégagé ce soir, on a bon espoir de voir une belle aurore boréale.

Les prévisions ne sont pas fortes du tout mais j’ai quand même envie de sortir faire un test.

Je trouve une zone un peu éloignée des lumières des chalets et je vois comme une trace dans le ciel. Test photo : aurore boréale !

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Je croise des voisines allemandes qui reviennent du lac d’où elles l’ont bien vue. Mince, j’espère qu’on n’a pas tout loupé !

Je préviens JB par sms, et je rentre en catastrophe, puis on embarque en voiture direction notre parking attitré !

On se gare et waaaaah ! C’est encore plus fort que l’autre jour !

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

J’ai vite les pieds glacés (merci la non étanchéité de nos chaussures Quechua : pieds mouillés à peine on les pose dans la neige…). JB a du mal à profiter et fait des allées et venues dans la voiture pour se réchauffer.

Je tiens bon dehors, j’ai trouvé une solution pour mon problème de mise au point sur l’infini qui était faussé sur mon objectif ouvrant à f/2.8, alors j’en profite un max (un grand merci à William de Retour du Monde pour son aide précieuse !).

Aurore boréale Enontekiö Finlande

On assiste à un sacré spectacle ce soir. L’aurore boréale est énorme. On a l’impression d’être sous une cloche d’aurore boréale, elle est au-dessus, sur les côtés et en face. Mais c’est en face que c’est le plus actif et c’est un bonheur pour les yeux !

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

La nuit s’illumine, l’aurore bouge, évolue. A peine ça se calme que ça repart, c’est génial !

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Moins pour JB qui supporte vraiment mal le froid ce soir, c’est plus dur. Il voudrait rentrer. Je négocie quelques minutes et photos de plus. Il attend dans la voiture.

L’activité se calme vraiment, je m’apprête à remettre le cache sur mon objectif, et soudain, ça repart encore plus fort !

JB sort de la voiture. Ça aurait été dommage de louper ce final ! Ça bouge beaucoup et l’aurore est très visible, on en prend vraiment plein les yeux.

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Et au bout de cinq minutes, ça se calme à nouveau, comme si l’aurore s’évaporait.

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Je capitule et on rentre. On déjà passé 1h45 à observer cette magnifique aurore. Rentrons au chaud.

Il est à peine 23h quand on rentre.

J’ai l’impression que mes pieds sont raides comme du bois tellement ils sont froids. C’est douloureux. Le pire ensuite c’est quand la circulation sanguine redémarre bien : ça fait encore plus mal. Je suis au bord des larmes de douleur. Mes pieds sont super rouges.

Petit à petit ça revient à la normale et la douleur s’estompe enfin. Prochaine fois, on investi dans de vraies bonnes chaussures.

Il fait -17°C, avec le vent de fou qu’il y a ce soir, le ressenti devait être beaucoup plus bas.

On se couche heureux de notre soirée, les aurores boréales défilent devant mes yeux lorsque je les ferme.

On n’aurait pas pu rêver mieux pour notre dernier soir à Hetta !

JB

Les jours sont bien trop long chantait Daniel Darc. Il se serait plu en Laponie en hiver.

Sur ces pâteuses considérations (on est le matin, et la nuit fut pas trop glop), on avale notre petit-déj et chaussons nos raquettes pour arpenter le lac gelé tout proche.

Lac gelé Enontekiö Laponie Finlande

Quelques foulées de VF-1 Valkyrie plus tard (oui je suis toujours dans mon délire régressif sur Robotech), et nous voici sur l’étendue plane, gelée, avec des mètres cubes de flotte sous les pieds, jamais bien rassurant, du coup on suit prudemment les traces laissés par nos prédécesseurs.

On hésite à aller plus loin, on se ravise, il fait fort froid, fort faim, on va donc manger quelques pâtes au chaud avant d’envisager la suite des opérations.

La suite des opérations, ça sera tout simplement aller faire quelques emplettes au supermarché du coin, avec toutefois un arrêt à la jolie église du bled, toute entourée de massifs bougeoirs en glace.

Supermarché Laponie Finlande

Une fois dans le 120m² chauffés de l’échoppe, on récolte quelques boulettes pour le soir, puis passons rapidement côté Liquor store afin qu’Hélo puisse succomber à sa passion, toute finlandaise, pour le Lonkero, le fameux cocktail en cannette, associant gin et pamplemousse, dont on a du vous rabattre les oreilles à chaque billet sur la Finlande sur ce blog, mais comme je n’en suis plus sur je préfère expliquer, hein.

Le Lonkero et les finlandais, une histoire d’amour qui dure depuis 1952.

Bref, quelques bières et un pack de dit breuvage en poche plus tard, on lève le camp, en ayant repéré du coin de l’œil la machine à recycler les cannettes vides. Ça serait pas mal qu’on y mette les nôtres, qui commencent à faire désordre dans le chalet…

Consigne Laponie Finlande

Voilà l’occasion parfaite pour tester la trottinette des neiges dont plusieurs exemplaires traînent sur le talus à l’entrée du lotissement.

Ce mode de transport est populaire en Scandinavie, mais aussi au canada, et je suppose dans d’autres pays à enneigement abondant.

Visuellement ça ressemble à une chaise montée sur de longs skis. On s’appuie derrière pour pour patiner, et, une fois suffisamment d’élan pris, on grimpe sur les skis, puis vogue la galère.

Oui globalement c’est un traîneau sans chien. Ça existe aussi dans des versions plus modernes.

Les petites contre-allées au centre d’Enontekkio semblent d’ailleurs essentiellement réservées à ce transport, ou au ski de fond, vu les traces. Le simple piéton sera toléré mais sans doute un peu toisé pour son manque de sens pratique : pourquoi marcher alors qu’on peut glisser hein ?

Enontekiö Laponie Finlande

Ben… Peut-être parce que c’est f..trement difficile !

Je m’élance tout enjoué, prends appui sur mon pied et me propulse vers une célérité grisante. Seulement je reste quasiment planté sur place.

Ça avance que dalle.

Kicksled Laponie Finlande

Est-ce mon manque de technique ? De force ? Est-ce que les skis ne sont tout simplement trop émoussés ?

(On optera pour la dernière solution, chacun sa fierté, hein…)

Toujours-est-il que je galère grave pour rejoindre la supérette, marchant à la plupart du temps à côté de l’engin, suant en permanence, haletant. Mes tentatives pour prendre de la vitesse sont pathétiques, et même dans les descentes ce truc semble traîner un semi-remorque derrière lui tellement ça campe.

Le sort n’ayant aucune pitié de moi, je ne trouve aucune âme pour venir me porter secours, me révéler la technique, l’astuce qui me fait défaut pour faire avance mon char.

Pire, en traversant la route je me fais engueuler par un vieux type, sans doute parce que j’ai du entraver une disposition du code des trottinettes, mais ne comprendrais jamais laquelle, le gus renonçant à ses remontrances en constatant ma non-compréhension du finnois. Toutefois il continuera à me lancer des regards inquisiteurs les 2 ou 3 fois où je le recroiserai dans l’heure qui suit (ce qui me fera m’interroger sur sa fonction dans le bled. Facteur ? Garde champêtre ? Justicier de la route ? Ou simplement retraité qui s’ennuie ?).

Bref, quand j’arrive enfin à destination je suis comme un hammam dans un igloo : chaud et humide à l’intérieur, gelé à l’extérieur. Et tout ça pour la glorieuse somme de 1,20 euros de consigne que je récupère. Même pas de quoi acheter une bouteille de flotte.

Le retour sera du même tonneau, une galère.

Heureusement à mon arrivée, Héloïse a eu l’excellent réflexe de faire chauffer le sauna, pas de transition thermique pour moi, et quitte à avoir chaud, autant être tranquillement assis, à poil, sur un banc en pin, à s’abrutir un peu plus à chaque louchée d’eau sur les pierres chaudes.

Je résiste à l’envie de me jeter nu dans la neige, nous avons des voisins.

L’heure est venue pour la chasse aux aurores.

Chasse, le mot est grand, on a notre spot, et pas question de l’abandonner.

Retour sur le parking jouxtant la route 93, bien emmitouflés, et le regard en permanence braqué vers le ciel.

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Le spectacle est une nouvelle fois au rendez-vous. De manière bien plus intense que la fois précédente. Le froid aussi hélas.

Et bien que mes yeux et mon attention soient tout accaparés les cieux, je suis en permanence tiraillé par de plus basses considérations : je me les gèle.

Aurore boréale Laponie Finlande Enontekiö

Notre emplacement est dans une plaine redoutablement plane, et donc redoutablement battue par le vent, je me caille littéralement les roupettes, malgré mon équipement. C’est rageant, car du coup un certain mal à profiter des aurores. Hélo arrive (bizarrement) à passer outre.

Et malgré les incessants allers-retours dans ce havre qu’est notre voiture, (béni soit l’inventeur des sièges chauffants), malgré toute la vigueur des mouvements que j’effectue frénétiquement pour me réchauffer quand j’en sors, façon remake givré de Véronique et Davina, les phares des semi-remorques traversant la nuit pour spectateurs, malgré les chaufferettes que je glisse dans mes chaussures… Ben, au bout d’un moment l’aspect pénible prend définitivement le dessus sur l’agréable.

Le bout de mes pieds n’est plus qu’un bloc de douleur.

Et quand je parviens à arracher Héloïse à sa contemplation, les aurores décident de redoubler, histoire de bien nous troller, mais l’intensité est telle qu’on les excuse volontiers.

Aurore boréale Enontekiö Laponie Finlande

Aurore boréale Laponie Finlande Enontekiö

Elles dansent littéralement devant nos yeux, fantômes élégants vêtus de leur vert d’apparat, et ont la bonne idée de s’échapper au bout de 5 minutes, afin que nos orteils puissent encore avoir une chance de survie.

On les réchauffe sur le radiateur, en gémissant, une fois retournés au chalet, reprenant des forces à grand coup de saucisses et de boulettes.

Jour précédent : Chiens de traîneaux en Laponie et balade à Kautokeino, la capitale Same

5 Comments

on “Jour blanc et dernières aurores boréales en Laponie
5 Comments on “Jour blanc et dernières aurores boréales en Laponie
  1. Mon dieu la beauté du spectacle <3
    C'est un de mes rêves et tes photos me font encore plus envie. Ca devait vraiment être fabuleux !

  2. Pingback: Jour blanc et dernières aurores boréales en Laponie – Travel-Trip.fr

Laisser un commentaire