Fin du voyage en Laponie : retour à Paris

Voici le récit du huitième jour de notre voyage en Laponie Finlandaise. Retrouvez les autres jours ici.

Samedi 14 Février 2015 – Jour 8

Hélo

Notre avion décolle à 8h05, on doit donc se lever tôt.

On boucle les bagages et nous voilà de retour à l’aéroport de Kittilä, encore bien groggys. Il fait hyper froid.

On rend les clés de la voiture dans la boîte à lettres du loueur.

Enregistrement, contrôles de sécurité, et on s’installe dans la salle d’embarquement. Il y a des rocking-chairs et d’une cheminée, on y est bien !

Le temps s’écoule doucement et on finit par embarquer dans l’A321 qui nous attend sur un tarmac recouvert d’une couche de glace de plusieurs centimètres d’épaisseur.

Aéroport Kittilä Laponie Finlande

Du hublot je vois les lumières des pistes de la station de ski de Levi. Je les vois encore quelques minutes après le décollage.

En 1h20, notre avion effectue les 820 kilomètres qui séparent Kittilä d’Helsinki.

L’attente commence. Toute la nourriture est hors de prix en zone internationale, le moindre sandwich coûte 9 euros. Et on a faim. Comme on a plein de temps, JB sort du terminal pour aller à la supérette Alepa faire le plein de nourriture, repasse les contrôles et me rejoint.

Aéroport d'Helsinki Finlande

On erre dans l’aéroport. JB repère une super salle de lecture à laquelle je vais jeter un œil aussi avant qu’on embarque enfin pour Paris.

On décolle à 12h15 sur un A319 pour les 1896 kilomètres qui nous restent à parcourir.

On arrive à Paris CDG à 14h20. Les bagages mettent un temps fou à arriver. Ça aura rarement été aussi long… On est HS.

Heureusement, on chope un Roissy Bus dès qu’on sort du terminal, mais il est archi blindé et on passe le long trajet debout.

Il faut CHAUD et nous, on a nos gros manteaux héhé ! C’est un peu l’horreur et ça ne s’arrange pas quand on descend à Opéra, c’est noir de monde.

Un vrai choc ce retour pour moi. Je suis au bord des larmes dans le métro, choquée par l’impolitesse et les incivilités. Ça ne fait même pas une demie heure que je suis de retour que je me reprends Paris en pleine face.

On finit par arriver à l’appart, crevés, et je m’effondre en me demandant comment je vais faire pour me réhabituer à cette ville, comment je vais faire pour supporter d’avoir quitté la Laponie. La seule consolation c’est qu’on retrouve Elina demain.

Pour adoucir un peu le retour, on va faire des courses bien françaises : fromage, saucisson, etc. (il y a quand même des trucs qui manquent là-haut !).

La déprime du retour durera quand même quelques semaines pour moi…

JB

Dernière fois que je débranche la prise de la voiture, avant de tourner la clé de contacts.

On finit par s’habituer à cette succession de petits gestes.

Dans la nuit matinale, on parcourt doucement la poignée de kilomètres qui nous sépare de l’aéroport, devant lequel trône un magnifique avion.

Au cas où on ne le repérerait pas dans la nuit.

Pas de préposé au bureau du loueur, je finis par mettre la clé dans la boite, je n’aime pas trop ça pourtant.

Pas grand-monde à cette heure-ci. Le hall est vide.

Enregistrement vite expédié et on se retrouve en salle d’embarquement, en sur des rocking chair, en face d’un feu de cheminée.

Sympa la déco.

Aéroport Kittilä Laponie Finlande

Jour précédent : Retour à la civilisation par les petites routes de Laponie

Laisser un commentaire