A la recherche des aurores boréales en Laponie

Voici le récit du troisième jour de notre voyage en Laponie Finlandaise. Retrouvez les autres jours ici.

Lundi 9 février 2015 – Jour 3

Hélo

On n’a pas mis de réveil ce matin et on émerge à 10h30. Wahouuu ! Je ne sais pas depuis combien de temps ce n’était pas arrivé !

Température Enontekiö Laponie Finlande

On traîne un peu car on attend la venue du propriétaire des chalets. Il nous amène un sèche-cheveux, indispensable avec mes cheveux longs et les basses températures extérieures, et surtout il vient nous donner plein d’infos et une clé qui marche !

Il nous donne ses spots pour les aurores boréales. Ce soir, on sera prêts !

Bon, pour le moment c’est mal parti, ce matin c’est très couvert et la météo ne prévoit pas d’amélioration pour ce soir. Gardons espoir comme dit Alpo (le proprio) !

Adorable et fier de partager sa passion, il revient quelques minutes plus tard avec son reflex pour nous montrer les photos d’aurores qu’il a prises récemment. Sacré personnage, à la hauteur des lieux ! On voit qu’on a à faire à de vrais passionnés, heureux de partager leurs expériences (et qui prennent le temps de le faire !). Et à Ounasloma, c’est fou tous les petits détails ! Tout a été bien pensé pour que les voyageurs vivent une super expérience. Mangeoires pour oiseaux devant les fenêtres pour qu’on profite du spectacle des petits rouge-gorges et autres en plein festin, luges, patinettes à ski pour se déplacer, déco, documentation sur les randonnées dans les environs, etc. TOUT est super !

Enontekiö Laponie Finlande

On parle aussi à notre petite Elina sur Skype. Quel bonheur de la voir. Elle s’amuse bien chez mes parents. On déjeune avec du savoureux saumon fumé à chaud, notre pêché mignon 🙂 Avec tout ça, la journée est déjà bien avancée.

On prend la route pour aller repérer les parkings indiqués par Alpo pour observer les aurores.

On hésite à aller à Kautokeino, mais on a peur qu’il fasse nuit à notre arrivée. On ira un autre jour.

En attendant, on roule, on profite des belles routes avec la lumière rasante de fin de journée.

Enontekiö Laponie Finlande

Enontekiö Laponie Finlande

Puis on quitte la route principale pour en prendre une toute petite pas mal enneigée. Paysages magiques, on est heureux de s’être enfoncés un peu.

Laponie Finlande

Au bout de cette petite route : la rivière gelée qui fait office de frontière avec la Suède 🙂

Frontière Suède Finlande Laponie

Le temps s’est bien dégagé. On espère que ça va le faire ce soir…

On rentre à Hetta vers 18h30. Matti vient nous déposer deux paires de raquettes pour les jours à venir dans la foulée.

Le ciel est hyper dégagé, il y a plein d’étoiles, et je vois que l’activité solaire augmente en intensité.

Ciel Enontekiö Laponie Finlande

Ni une, ni deux, on se prépare des casse-croûtes, on embarque tout ça dans la voiture et c’est parti pour le spot recommandé par Alpo ce matin.

On se gare sur le parking (à 4 kilomètres depuis Ounasloma, sur la route vers Kautokeino) et je sors le matos photo pour faire quelques réglages, j’en profite pour faire mes tests sur le ciel étoilé.

Il y a un sacré nuage mais on reste patients. Même pas un quart d’heure après notre arrivée, JB remarque une lueur au-dessus d’un nuage.

Et voilà, le spectacle commence ! Un peu gâché par ce satané nuage malgré tout.

Aurore boréale Laponie Finlande

On se rentre dans la voiture pour grignoter un peu et on voit que ça perce ! Ça y est, c’est bien bien parti cette fois ! Et le nuage s’évapore…

Aurore boréale Laponie Finlande

Et là, deux heures d’aurore boréale… Deux heures à la voir danser, géante, occupant tout le ciel face à nous…

Aurore boréale Laponie Finlande

Aurore boréale Laponie Finlande

L’intensité variera sur ces deux heures, mais c’est magique. Cerise sur le gâteau : une pluie d’étoiles filantes pour parfaire le spectacle !

De nombreux camions et quelques voitures filent vers Kautokeino, mais personne d’autre ne s’arrête sur ce parking pour profiter de l’aurore qui danse pour nous seuls dans la nuit étoilée.

Au bout de deux heures, vers minuit, on rentre au cottage et on ne tarde pas à se coucher. On ne va pas veiller toute la nuit, on en a déjà vu pas mal ce soir !

Aurore boréale Laponie Finlande

JB

Il fallait probablement que l’on récupère de ce long voyage, et des toutes les nuits trop courtes précédant le départ : on se réveille un peu avant 11h, en ayant dormi comme des loirs.

Ounasloma Hetta Laponie Finlande

Le temps de petit-déjeuner, skyper un peu avec les proches, et l’horloge tourne encore.

Et pouf ! Nous voici donc en déjà début d’après-midi. Moment où autre gars de la réception débarque, pour s’occuper de la clé récalcitrante, et ramener un sèche-cheveux. Oui parce que cheveux mouillés + température polaire = garantie de passer le reste du séjour à soigner un gros rhume.

Quoique. Le thermomètre est remonté à – 20°, c’est les tropiques.

Bref, Alpo, vieux bonhomme sympathique, même si son anglais sommaire rend la communication un peu heurtée, vient régler nos problèmes d’accès à la maison, et d’humidité des cheveux, et nous file en plus plein de bons plans, notamment sur ses meilleurs spots pour admirer les aurores boréales.

D’après lui l’endroit où l’on était hier n’était pas mal, mais il nous en indique un autre sur la route de Kautokeino. Et nous fait relativiser quant aux applications indiquant météo et intensité des tempêtes solaires.

Faut dire qu’on y est un peu scotchés en permanence avec Hélo, et que les prévisions sont plutôt déprimantes.

Selon Alpo, tout peut aller très vite, et on peut voir des choses sympas quelques soient les conditions. La règle c’est « y’a pas de règle » !

Enfin si : regarder souvent dehors, et être prêt à lever le camp fissa quand le ciel verdit.

Il nous renseigne aussi sur les possibilités de location de raquettes, part nous chercher une nouvelle clé et, au retour, ramène son appareil pour nous montrer quelques clichés d’aurores pris par lui-même, juste devant notre chalet, et taille le bout de gras sur le sujet avec Hélo, qui a quelques soucis avec le réglage de son objectif.

Vraiment un bon gars, super serviable.

N’empêche qu’après son départ, et un déjeuner composé d’un saumon fumé à chaud (délice) il est quasiment 15h00, or le soleil se couche bientôt.

Que faire ?

Sur un coup de tête, on prend la voiture et nous lançons sur la route de Kautokeino, en Norvège. Mais on rebrousse chemin rapidement, sous la nuit le bled n’aura pas grand intérêt, et le GPS indique pas mal de verglas. Se fier aux impulsions n’a jamais rien de bon.

Route Laponie Finlande

On profite quand même du détour pour repérer les fameux spots conseillés par Alpo pour ce soir.

Puis retour sur Enontekiö, après avoir approché la frontière norvégienne, on décide de prendre plein est, direction la suédoise, sans but réel.

On pique au sud après le village de Palojoensuu, mais, sans perspectives pour la suite, on tente de faire demi-tour, mais ne trouvons aucun endroit où le faire sur près de 10 kilomètres…

Route Laponie Finlande

Finalement ce n’est pas une mauvaise chose en soi, car la première route secondaire vers laquelle on bifurque pour manœuvrer nous emmène à travers les bois vers un panorama splendide : une vue dégagée sur le fleuve Aijajoensuvanto, gelé, et la lumière du jour qui se fane doucement au-dessus.

Pas moyen de traverser autrement qu’à pied pour passer côté suédois (malgré les fantasmes du GPS sur une route inexistante), on s’abstiendra, il commence à faire trop sombre, malgré les efforts désespérés du soleil, passé derrière l’horizon, pour maintenir un peu de clarté.

Route Laponie Finlande

Route Laponie Finlande

Une fois retournés au chalet, Matti nous apporte les raquettes à neige qu’on a décidé de louer pour quelques jours. Elles ont une gueule bien différente que dans mes souvenirs. Cela dit les souvenirs en question c’est la série Davy Crocket dans l’émission Disney Channel. Qui date de 1954 (la série, hein, pas l’émission. Je suis encore une jeune homme, moi. Enfin… Bref).

Ça n’a désormais plus grand-chose à voir avec le truc en bois évoquant vaguement une raquette de tennis. Ou plutôt une raquette de jeu de paume, vu qu’historiquement c’est la ressemblance avec cette dernière qui valut qu’on baptise ainsi, en français (en anglais on dit tout bêtement « snowshoes », plus évident, mais moins imagé) cet instrument de déplacement sur la neige.

Une raquette moderne, c’est fait de plastique et de métal, exit le bois, et ça ressemble à peu près à une bouée de sauvetage (oui une bouée comme celle de Mitch Buchannon) version aplatie, avec une fixation de ski au milieu. Oui, oui, je suis un pro des comparaisons.

Bref, on les met de côté pour demain, et ensuite… Ben le ciel se dégage figurez-vous. Même si l’activité solaire semble faible, ça peut valoir le coup. On tente d’abord de scruter le ciel depuis le lotissement, mais rapidement on balance l’équipement dans la voiture et rejoignons notre spot, au bord de la route, cinq kilomètres plus loin.

Puis l’attente. Dehors, dans le froid, avec quelques retours temporaires dans la voiture, pour se réchauffer le bout des pieds et des doigts, allumant notre lampe dès qu’une voiture ou un cametard approche, histoire de signaler notre présence, et éviter de se faire rentrer dedans en cas d’arrêt pipi précipité.

On peste sur un nuage impudent qui vient squatter trop longtemps le ciel… Mais si on peste c’est bien parce que quelque chose se passe dans le ciel.

Aurore boréale Laponie Finlande

Dans la masse nuageuse qui s’éclipse, une forme un peu plus lumineuse se dessine, une longue et mince traînée. Le spectacle commence.

Aurore boréale Laponie Finlande

Les formes se multiplient croissent, ondulent, bien plus vite que je ne l’aurais imaginé : serpentins, cercles, vagues… Le phénomène métamorphe nous tient en haleine pendant deux heures.

Aurore boréale Laponie Finlande

Pour accompagner le spectacle, quelques étoiles filantes se joignent à la partie. On est à peine troublés par le va-et-vient des semi-remorques, et la lumière de leurs phares, tout absorbés que nous sommes par la contemplation.

Aurore boréale Laponie Finlande

Aurore boréale Laponie Finlande

L’intensité en baisse, mes orteils qui crient grâce, le vent glacial et l’envie d’un repas chaud (la saucisse à hotdog froide c’est un peu dégueu) ont finalement de raison de nous, on rentre au chalet… Duquel on scrutera encore un peu le ciel, sait-on jamais. En vain. Pas grave, on se couche émerveillés.

Jour précédent : Au cœur des paysages enneigés de Laponie, en route pour Enontekiö

Jour suivant : La Laponie et ses paysages d’hiver féeriques…

[mappress mapid= »20″]

8 Comments

on “A la recherche des aurores boréales en Laponie
8 Comments on “A la recherche des aurores boréales en Laponie
  1. Magnifique! On en n’a jamais vu d’aussi belles… On remet la chasse aux aurores à la fin de l’année, j’espère qu’on aura plus de chance. C’est possible d’avoir les coordonnées de votre chalet? On peut le louer? On se tâte encore pour le lieu d’observation.

  2. Aaaah les mangeoires à oiseaux juste devant la fenêtre d’Ounasloma, en effet un petit détail qui est plaisant à observer le matin. Et sinon, il me semble bien reconnaître le même parking sur la route de Kautokeino où nous nous étions arrêtés également. Hâte de lire la suite 🙂

  3. Tellement belles tes photos, j’ai juste envie de plier bagage et prendre le premier avion pour la Laponie. Sur ma wish list, bien entendu… Super article, j’adore !

Laisser un commentaire